Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil dans la presse Béland inquiet de voir Sabia à la tête de la CDPQ
« Décembre 2017 »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 
Actions sur le document

Béland inquiet de voir Sabia à la tête de la CDPQ

Claude Béland inquiet de voir Sabia à la tête de la Caisse

18 mars 2009
Karim Benessaieh, La Presse

(Montréal) L’ex-numéro un du Mouvement Desjardins, Claude Béland, a deux raisons majeures de rejeter la nomination de Michael Sabia à la tête de la Caisse de dépôt : il doute de sa compétence et de son attachement au Québec.

Il estime que M. Sabia devrait avoir le « beau geste » de se retirer de ce poste et de demander un processus de nomination transparent et sans controverse. « Écoutez, quand on a mis Richard Guay à la tête de la Caisse, il y avait des dizaines de candidats. C’est surprenant que quand M. Guay n’a pu continuer à son poste, il n’y avait plus de candidats. Il me semble que j’aurais choisi le deuxième, ou le troisième! »

M. Béland a fait ces déclarations ce matin dans un hôtel du Vieux-Montréal, en marge de la présentation du rapport annuel du Conseil d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcooliques, dont il est le président. Le président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000 s’est d’abord dit « inquiet » du bagage de M. Sabia à titre de PDG de BCE.

« J’ai suivi de près le dossier de BCE et je trouve qu’il n’a pas fait un travail extraordinaire. Je me demande si c’est ce genre de travail qu’il va faire à la Caisse de dépôt. »

L’autre motif d’inquiétude, c’est l’aspect fortement symbolique de la Caisse de dépôt au Québec qui serait mal servi par une nomination comme celle de M. Sabia. « Le président de la Caisse représente une institution québécoise fondamentale, culturelle, identitaire. Je trouve qu’il n’a pas le profil de ça. »

M. Béland, souverainiste convaincu, assure n’avoir aucune objection à voir un fédéraliste à la tête de l’institution. « Quand on parle des fédéralistes, ce ne sont pas des gens qui veulent exclure le Québec. Ça ne m’agace pas. Mais va-t-il avoir le « réflexe Québec »? Ça, c’est dans son coeur ça, ce n’est pas dans la tête. Et je ne suis pas sûr qu’il ait ça dans le coeur. »

À cause de ces faiblesses, M. Béland souhaite que l’équipe entourant le PDG de la Caisse de dépôt soit plus présente. « J’espère qu’il va mettre son équipe en évidence. Je souhaite que la Caisse de dépôt ne soit pas toujours l’affaire d’un seul homme, mais une affaire d’équipe. »